Une page d’humour

Ça fait pas de mal par les temps qui courent….Proposée par Gérald de l’atelier d’écriture

Mon frère était masseur.

Ni inverti, ni travesti, ce n’était pas son genre.

Mais massant soirs et matins, argent massif il amassait.

Aussi massa-t-il ma sœur, alors qu’elle-même aimait ma mère.

Il la massa des pieds jusqu’à ses glandes mammaires,

celles de ma sœur et non celles de ma mère.

Qu’ils étaient beaux, ses seins ! C’est vrai que ma sœur avait de doux seins

C’est bien pourquoi il la massait à dessein.

Et, bien qu’amère, ma sœur aimait qu’il la massât.

Mon frère habitait là, près d’un lac. Un lac admirable !

Aussi pour l’admirer, souvent il adorait s’y mirer.

Oh, la la ! La, do, ré, si, mi, ré !

Tout une gamme de notes portées si près du lac,

Avec sa clé en fa dièse, sans fadaise,

deviendrait symphonie puis ballet.

Ainsi d’un soupir, créa-t-il le lac des cygnes !

Pourquoi s’y mirait-il, sa veste souvent soulevée

sous le vent d’Autan ? Tant et tant que le vent l’emporta.

Domi, ténor et musicien, le père du maire de Saint-Rémy

tint, allegretto vigoroso bon teint, à s’immiscer.

Avec hauteur, des droits d’auteurs il osa s’accaparer. Hosanna !

Bien parée, ma sœur s’y opposa, à dessein.

Quel beau dessein l’habitait-elle !

Puis elle rencontra Dalila qui, lassée de son Samson,

silencieusement sortait son chien Chilah.

C’est alors qu’un cygne éploré survola le lac Crymal

et ses gracieux coups d’ailes devinrent entrechats…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s