Meirieu : Confinement et inégalités scolaires

Je voudrais juste vous partager cet article paru dans le « café pédagogique » aujourd’hui….

« Le vrai défi est là : faire tout ce qui est possible pour maintenir le contact avec le plus grand nombre possible d’élèves, de manière régulière et collective, mais aussi en s’adaptant au mieux aux besoins de chacun. C’est difficile, surtout pour les enfants des familles les plus défavorisées, celles qui n’ont pas accès au numérique, mais aussi, plus largement, pour celles qui ne parviennent pas à accompagner la réussite de leurs enfants », écrit Philippe Meirieu dans Libération. « Bien avant cette crise, toutes les recherches avaient montré que le renvoi du travail à la maison était très inégalitaire. Aujourd’hui, le retour forcé de l’école à la maison risque de les faire exploser. Etre confiné à cinq dans un petit appartement ou travailler tranquillement dans une maison à la campagne avec des parents disponibles et une bibliothèque, cela n’a rien à voir ! Cette crise réinterroge l’école sur un point essentiel : comment donner vraiment en tout temps plus, et surtout mieux, à ceux qui ont moins ? »

Pour en savoir plus retrouvez toute son analyse dans l’article de liberation

Ecole à la maison : «Je crains que certains enfants culpabilisent et que d’autres décrochent»

https://www.liberation.fr/france/2020/03/23/je-crains-que-certains-enfants-culpabilisent-et-que-d-autres-decrochent_1782788

2 réflexions au sujet de « Meirieu : Confinement et inégalités scolaires »

  1. Tu as raison Steph, il faut créer du lien entre les enfants et leurs parents et entre les enfants de la classe, car ils l’expriment bien depuis lundi, leurs copains leur manquent. Alors depuis lundi on a mis en place des défis et ça fonctionnent super bien , même avec ceux pour qui je n’avais pas de nouvelles, ils envoient leurs recettes, se filment, fabriquent des tours de légos, font des devinettes, se déguisent ….et ils sont contents de se voir. Et moi donc!!
    Il faut maintenir ce lien , c’est primordial , le reste on verra plus tard. BISES

    J'aime

  2. Privilégier le lien avec les familles, les jeux, les activités ludiques et en famille autour, d’une recette, une création ou autre….
    La situation est tellement exceptionnelle, que le scolaire passe après…c’est mon point de vue…
    Et même s’ils ne travailleront pas la grammaire, les fractions et les dictées comme à l’école, ils sortiront grandis de cette situation…J’ai demandé aux parents de ne pas se mettre la pression pour les apprentissages, de ne pas la mettre aux enfants et de favoriser les bons moments de partage,.. Je lance des petits défis quotidiens à faire seul ou en famille, nous sommes en contact permanent, et on rigole comme on le fait en classe quand il le faut….Même si le travail scolaire est certainement différent et plus difficile, l’important est qu’ils aillent bien. Certes il y aura des lacunes en maths, français pour beaucoup mais, je me dis qu’en privilégiant des activités « souples » en famille, ils retrouveront un peu de ces valeurs qui leur font défaut, et développeront d’autres compétences humaines toutes aussi essentielles que les compétences scolaires 😉
    Bisous ma Pacale, je te fais un message plus long après….

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s