A la rencontre de Salvador Dali

Icône du surréalisme, Salvador Dalí est resté, tout au long de sa vie,  intimement lié à sa région natale la Costa brava, où criques isolées, plages de sable et falaises sauvages offrent de merveilleuses luminosités le long d’une mer d’un bleu limpide.

« Ce pays est mon inspiration permanente. Je suis inséparable de ce ciel, de cette mer, de ces rochers : lié à jamais à Port Lligat où j’ai défini toutes mes vérités crues et mes racines. Je ne suis chez moi qu’en ce lieu : ailleurs je campe« . Tout est dit, et par Dalí lui-même. https://www.routard.com/idees-week-end/cid131257-catalogne-au-pays-de-salvador-dali.html

S’imprégner de ces lieux, c’est déjà commencer à rencontrer ce génie improbable, à l’imagination foisonnante  et amoureux inconditionnel  de sa muse Gala .

 Aussi, si  vous décidez de partir à la découverte de l’artiste, avant tout, prenez le temps de marcher sur la plage, de déambuler dans les ruelles de Figueres ou de Cadaques, de savourer des tapas face à la mer,  d’admirer les couchers de soleil, d’arpenter les sentiers du Cap de Creus( le point le plus oriental de la Péninsule Ibérique) qui vous dévoileront de magnifiques criques toutes plus sauvages les unes que les autres.

Figueres et le Le théâtre-musée Dalí

Que l’on aime ou non Salvador Dali, cette  visite est un incontournable ! Un lieu incroyable, conçu par Dali lui-même, construit sur les vestiges de l’ancien théâtre municipal de la ville et inauguré le 28 septembre 1974 .

Une demie-journée suffit à peine à déambuler dans ce théâtre –musée aux mille surprises,  laissez- vous  juste transporter par la magie du lieu et la folie de l’artiste ….

***  A  visiter aussi  l’annexe  pour découvrir la création de bijoux de Dali .

La maison de Port Lligat

La visite de cette maison inclassable et de ses jardins improbables  nous plonge une nouvelle fois dans le génie de Salvador Dali !

C’est dans la baie de Portlligat, au nord de Cadaques que Salvador Dali et sa femme Gala, achètent une première petite maison de pêcheurs dès 1932.

 Ils la restaurent  puis en acquièrent d’autres. Dalí les lient à la manière d’un  labyrinthe, multipliant les passages  entre l’intérieur et l’extérieur, et  étudiant chaque point de vue .

 « Notre maison s’est développée exactement comme une structure biologique, par poussée cellulaire. Chaque nouvelle impulsion de notre vie correspondait à une nouvelle cellule, à une nouvelle pièce. »

Après être accueillis  par un grand ours empaillé, on découvre l’atelier de Dalí, sa bibliothèque, ses appartements privés :la salle ovale réservée à Gala et la chambre à coucher d’où Dalí pouvait de voir le soleil se lever sans quitter son lit  grâce à un savant jeu de miroir  .

Une place primordiale est accordée à son jardin en terrasses avec vue sur la Méditerranée. 

Il la quittera à la mort de sa muse…

Le château-musée de Púbol

Situé au cœur d’un petit village médiéval, à quelques kilomètres de Gérone, ce château médiéval fut acheté en 1969 par Dalí qui l’offrit Gala pour qu’elle y passe les dernières années de sa vie.   

Très détérioré lorsque Dalí l’a acheté, le château de Pubol propose aujourd’hui un bel aperçu de la relation  entre la muse et l’artiste. C’est un monument à la gloire de Gala,qui repose dans la crypte.

Bien qu’enterré dans son musée de Figueres, Dali  est le dernier marquis de Púbol.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s